Bordeaux, FRANCE
contact@ludogogie.com

Jeu ou Activité ludique ?

Jeu ou Activité ludique ?

Jeu ou Activité
ludique ?

Quelle différence ?

Jeu et formation font-ils bon ménage ?

Cécile Sun-Im
MINAUD

La définition de “jeu” varie selon les sources. Elle est très difficile à élaborer. Elle comporte souvent deux aspects : le divertissement et la non productivité. On ne joue pas dans un but particulier autre que de se divertir.

Dans ce sens, le jeu en formation relèverait plus de l’activité ludique que du jeu à proprement parler. On ne joue pas dans le but d’apprendre quelque chose. Cependant, quand on joue, on apprend intrinsèquement des savoirs que ce soit des connaissances, des savoir-faire ou des savoir-être.

Jeu ou activité ludique ?

La définition de “jeu” varie selon les sources. Elle est très difficile à élaborer. Elle comporte souvent deux aspects : le divertissement et la non productivité. On ne joue pas dans un but particulier autre que de se divertir.

Dans ce sens, le jeu en formation relèverait plus de l’activité ludique que du jeu à proprement parler. On ne joue pas dans le but d’apprendre quelque chose. Cependant, quand on joue, on apprend intrinsèquement des savoirs que ce soit des connaissances, des savoir-faire ou des savoir-être.

De plus, l’adulte n’a que peu de choix d’entrer ou non dans le jeu. Il a par contre, selon les activités proposées, le choix de son attitude : quitter ou non le costume de l’apprenant pour entrer dans la posture du joueur.

Les serious games (ou jeux sérieux)

Les serious games sont des activités ayant une visée dite “sérieuse” dans une forme ludique. L’intention peut être éducative, publicitaire, entrepreneuriale, etc.

“Cinq cent millions de… je ne sais plus… J’ai tellement de travail ! Je suis sérieux, moi, je ne m’amuse pas à des balivernes ! Deux et cinq sept…”

Le businessman dans Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Expuréry

On prend un objectif “sérieux” et on l’habille avec un costume “ludique” parce que le jeu crée de l’engagement, de la motivation.

Certains adultes, surtout dans le cadre du travail ont encore des réticences avec le jeu. Pour eux, comme le businessman du Petit Prince, le travail doit forcément être sérieux. Donc, jouer est ok si c’est un minimum sérieux.

La gamification

La gamification est l’acte de reprendre des composante du jeu appliqué à des cadres ou domaines qui ne sont initialement pas  du jeu.

On peut ainsi reprendre des composantes liées au jeu en lui-même (des mécaniques de jeu par exemple), des profils de joueurs, etc. ou les conséquences du jeu (gagner de l’attention, de l’engagement, de la fidélité…).

La gamification est de plus en plus utilisée dans les stratégies marketing.

Le jeu en formation

Mes conseils

Selon le pédagogue et spécialiste du jeu Gilles Brougères, les 2 composantes essentielles est la connaissance du cadre (on est dans un jeu ou non) et l’entrée dans le jeu qui doit être librement consenti.

Les questions que doivent se poser le formateur sont alors :

– Est-ce que le cadre est clair pour les participants ? Sont-ils dans la formation ou sont-ils “extraits” de la formation pour entrer dans la bulle jeu ?

– Est-il libre d’y participer ou non ? Est-ce une activité obligatoire ?

Ces questions sont essentielles pour le participant et la posture qu’il va prendre. Est-ce que je vais être observé, noté ? Est-ce que ce qui va se passer dans le jeu va avoir des conséquences dans la vie réelle ? Puis-je m’investir de mon rôle de joueur ou dois-je quand même rester à ma place ?

Ces questions sont d’autant plus essentielles lorsqu’on travaille au sein d’une entreprise avec une hiérarchie, d’une équipe de travail… car il y a bien une vie APRES le jeu. Un des rôles du formateur est de créer un environnement sécurisant. Ce qui se passe pendant le jeu doit rester dans le cadre du jeu. Le jeu permet une liberté qui n’existe pas toujours dans la vie réelle. On peut dire et faire des choses (mentir, bluffer, être méchant, tricher, prendre de mauvaises décisions…) qu’on ne se permettrait pas dans la vie réelle.

Je dois vous avouer que je n’ai jamais été confronté au cas où l’adulte refuse de jouer. Soit il ne se l’autorise pas pour diverses raisons, soit il ne me l’a jamais dit. Tout ce que je peux vous dire, c’est que j’ai toujours vu les personnes prendre plaisir… Même quand ils perdent !

Avec les enfants, j’ai souvent été confronté à ce cas. Ils avaient alors le choix. Soit de rester à côté sans nuire au jeu , soit de m’aider à mener le jeu ou à arbitrer. La seule règle (hors règles de sécurité) était de respecter sa décision: soit il est dans le jeu, soit il est hors jeu. Dans ce cas, il n’a pas le droit d’intervenir, de faire des commentaires ou autre.

La plupart du temps, l’enfant non joueur finissait par lui-même par faire le choix d’entrer dans le jeu.

Mes pratiques

Pour ma part, j’utilise les différentes formes : le jeu, le serious game et la gamification.

Des moments de jeux “purs”

Les jeux développent intrinsèquement certaines compétences. Mon rôle est de les sélectionner avec soin et d’animer les sessions de jeux. Il peut même m’arriver de jouer avec eux. 

Pendant ces phases de jeu, le cadre est clair : On joue !

J’utilise ces jeux principalement en brise-glace, en phase de découverte d’une notion, en créativité, en dessin, en communication… L’univers du jeu est parfois éloigné du thème de la formation.

Des moments de jeux “sérieux”

Les jeux de modélisation et certains jeux de rôle entrent dans cette catégorie. L’univers se déroule généralement dans un environnement proche de leur réalité. Mais pas toujours.

Je veille à ce qu’on reste dans le jeu avec ses différentes composantes. La partie sérieuse se porte sur les thèmes ou les mécaniques de jeu. Par exemple, dans le cadre d’un jeu porté sur l’entrepreneuriat, je vais respecter certains taux de conversion, les éléments réels de la gestion et du fonctionnement de l’entreprise. Mais ils sont intégrés dans les mécaniques même du jeu. Le but n’est pas d’apprendre les taux de conversion mais de les utiliser dans le cadre du jeu. 

Le meilleur exemple de ce type de jeu est le Monopoly. Créé à l’origine pour expliquer (dénoncer) pédagogiquement l’économie et les systèmes de monopole dans l’immobilier , il est devenu un jeu de société à part entière.

Quoi qu’il en soit, l’intention doit être clairement posée. Qu’est-ce que j’attends d’eux ?

Pendant ces phases de jeux “sérieux”, je les laisse jouer. Je n’interviens pas pour donner des explications ou des connaissances supplémentaires. Le jeu doit se suffire à lui-même. D’où l’intérêt de le concevoir en tant que jeu et non pas activité pédagogique. Les connaissances sont vues avant ou après le jeux. Jamais pendant.

J’utilise ces jeux principalement en phase d’expérimentation, de créativité. 

Des moments de gamifiés

Dans ces moments, on reste clairement dans le cadre de la formation.

C’est la manière d’aborder un sujet que je vais rendre plus ludique et plus plaisant. Tiens, si au lieu de vous proposer de concevoir votre formation en grand 1, 2 ou 3, on le designait comme un plateau de jeu ?  

L’intention est claire et le participant reste dans sa posture d’apprenant. On ne sort pas du cadre de la formation. On aborde juste le sujet d’une manière un peu plus sympa ou plus fun. On se prend au jeu sans entrer dans le jeu.

Les règles du jeu en formation

Appeler un chat un “chat”

Si votre activité n’est pas un jeu, ne l’appelez pas un “jeu”. Sinon, la prochaine fois que vous allez proposer un vrai jeu, il n’y aura pas beaucoup de volontaires.

Le jeu ne doit pas être un enseignement déguisé.

Il est un enseignement en soi !

Communiquez clairement votre intention

Il n’y a rien de pire que d’être pris pour un idiot ou de se sentir pris au piège. Il n’y a aucune obligation à intégrer le jeu en formation. Certains sont plus à l’aise avec des formats plus classiques, plus académiques. Il en faut pour tous les goûts !

De plus, il faut que chaque participant ait bien compris le cadre dans lequel il se trouve. Ce qui se passe dans le jeu doit rester dans le jeu. C’est bien là toute sa force. C’est ce qui permet de dire certaines choses qu’on n’oserait pas dire dans la vraie vie, de prendre des risques avec des conséquences moindre,etc.

N’oubliez pas que les participants ont une vie hors du cadre de votre évènement. Il en va de votre responsabilité d’offrir un cadre sécurisant. Je remets ici un gros point de vigilance lorsque vous intervenez en entreprise ou au sein d’une équipe réelle.

Pensez “jeu”

Ne cherchez pas à mettre du ludique à tout prix. Mais si vous voulez concevoir un jeu, pensez-le réellement en  jeu et pas en outil pédagogique ou en activité ludique.

Pour cela, je vous invite à aller dans la rubrique “Concevoir son jeu”. Ça vous évitera quelques erreurs !

Pour aller plus loin

Si ce sujet vous intéresse ou que vous souhaitez découvrir, concevoir des jeux, nous vous proposons des ateliers et des formations sur ce thème :

CONTACTEZ-NOUS

Vous êtes à la recherche d’un expert pour vos formations ou monter des ateliers ?

Vous souhaitez impacter durablement vos participants ?

Laissez-nous un message et nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

RENCONTRONS-NOUS

Vous habitez à Bordeaux ou êtes de passage dans notre belle ville ? Et si nous nous rencontrions autour d'un café ?

APPELONS-NOUS

Vous avez une question ?
Laissez-nous un message ! Nous vous répondrons dans les plus bref délais !

ECRIVONS-NOUS

Peu importe votre question, problème, demande, nous répondons personnellement à tous vos mails. Chez nous, pas de robots, toujours des HUMAINS !

BORDEAUX

(+33)6 72 76 81 03

contact@ludogogie.com

ou SUIVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX !

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *